fbpx
Accueil > Assurances > Assurance maladie des frontaliers en Suisse

Assurance maladie des frontaliers en Suisse

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Publicité

    L’assurance maladie frontalier en Suisse est un sujet qui a beaucoup évolué en 2014, avec la fin du régime d’assurance maladie frontalier privé, laissant aujourd’hui le choix entre 2 régimes : la CMU frontalier (régime français) et la LAMal frontalier (régime suisse).

    Les nouveaux frontaliers se demandent en général comment choisir le meilleur régime, et comment savoir si une offre est adaptée leur propre situation particulière de frontalier. Voici quelques pistes et informations qui devraient aider les frontaliers en Suisse dans leur choix d’un régime d’assurance maladie. Dans tous les cas, nous vous invitons à faire une simulation CMU frontalier et à demander un devis pour une assurance maladie frontalier CMU et LAMal.

    Pour choisir son assurance maladie frontalier en Suisse (LAMal ou CMU frontalier), il vaut mieux ne pas se tromper car le choix est irrévocable et les systèmes ne sont pas comparables, ni en couverture de prestations ni en prix.

    Nous vous proposons dans un premier temps de bien comprendre le fonctionnement de ces assurances frontalier, pour que vous puissiez faire le bon choix, entre les 2 régimes d’assurance frontalier possibles.

    Assurance maladie frontaliers en Suisse : pourquoi c’est obligatoire

    Les travailleurs frontaliers suisses, français ou ressortissants de l’UE devront obligatoirement souscrire une assurance santé car ils ne sont plus couverts par le régime général de la Sécurité sociale française ni par leur mutuelle ou assurance complémentaire en France (ou l’assurance de leur pays d’origine) dès leur premier jour de travail en Suisse.

    Cette obligation de s’assurer concerne tous les travailleurs frontaliers, quel que soit leur canton de travail (Genève, Vaud, Neuchâtel, Jura, Zurich…) et leur lieu d’habitation en France (Haute-Savoie, Ain, Doubs, Jura, Haut-Rhin ainsi que tous les départements qui ne sont pas en zone frontalière).

    Un frontalier a le choix de s’assurer sous 2 régimes (c’est ce qu’on appelle le droit d’option) :

    Il est conseillé de faire les démarches pour s’assurer AVANT le premier jour de travail en Suisse.

     

    Augmentation des tarifs d'assurance maladie LAMal pour frontaliers en 2024

    Le Conseil national suisse a pris une décision importante en 2023, affectant les primes d'assurance maladie des frontaliers assurés en Suisse. Cette mesure, qui s'inscrit dans un effort d'équité et de solidarité, implique l'intégration des frontaliers dans la compensation des risques. Ce changement aura pour conséquence une augmentation significative de leurs primes, estimée à près de 65%, soit une hausse de 129 francs en moyenne. Cette augmentation, bien que notable, reste inférieure à la moyenne suisse mensuelle.

    Le principe de cette réforme repose sur l'équilibre entre les primes des assurés résidents et frontaliers. Auparavant, les frontaliers bénéficiaient de primes plus attractives en raison de leur exclusion de la compensation des risques. Leur intégration dans ce système vise à réduire les inégalités de traitement et à offrir une plus grande équité entre les assurés de la même région. Cette mesure est soutenue par le Canton de Genève et perçue comme une correction nécessaire d'une lacune législative.

    Bien que la réforme augmente les coûts pour les frontaliers, elle est avantageuse pour les résidents de Genève et Bâle-Ville, où la présence de nombreux frontaliers permettra de réduire les primes d'assurance de ces cantons. Cependant, cette réforme n'aura pas d'impact sur les coûts de santé globaux en Suisse, mais seulement sur la répartition des primes.

    Les frontaliers, majoritairement jeunes et en bonne santé, ont souvent recours aux soins de santé en France, où les coûts sont moindres. Environ 90% de leurs frais de santé remboursés sont effectués en France, ce qui justifie un écart entre les primes des frontaliers et celles des résidents suisses. Cependant, malgré l'appel à une plus grande équité, certains estiment qu'une différence significative entre les primes devrait subsister.

    L’assurance maladie frontalier côté suisse : la LaMal

    Le régime suisse LAMal (assurance obligatoire) propose une alternative d’assurance aux travailleurs frontaliers.

    Cette assurance leur permet de bénéficier des soins indifféremment en Suisse et en France. Dans chaque cas, c’est la législation en vigueur dans le pays qui s’applique.

    Les assurances maladie obligatoires suisses sont individuelles, et tous les membres de la famille du travailleur frontalier doivent être assurés dans la même caisse d’assurance maladie que lui (sauf les membres de la famille qui sont obligatoirement assurés en France, par exemple un conjoint qui travaille en France et qui est donc assuré au Régime général d’assurance maladie en France).

    Pour bénéficier des soins en France ou dans un autre pays d’Europe, les travailleurs frontaliers doivent remplir un formulaire E 106 et le remettre au centre de caisse maladie ou d’assurance maladie du pays concerné.

    Pour plus d’informations sur le fonctionnement de la LAMal pour frontaliers, nous vous invitons à consulter la page « Assurance maladie pour les résidents en Suisse  » : le fonctionnement est identique, mais il n’est pas possible d’avoir différents niveaux de franchises, car le niveau de franchise de l'assurance maladie des frontaliers et de CHF 300.-

    L’assurance maladie frontalier côté France : la CMU frontalier

    La CMU frontalier (Couverture Maladie Universelle) propose aux travailleurs frontaliers une couverture des soins qui correspond au Régime général d’assurance maladie français (ce qu’on appelle communément la Sécu) : la couverture est donc limitée, notamment pour les soins qui coûtent cher : l’hospitalisation, les soins dentaires et les soins d’optique.

    Vous pouvez bénéficier des soins en Suisse sous certaines conditions. En cas de coup dur ou d’urgence, vous pouvez, sans accord préalable, bénéficier des soins en Suisse. Pour bénéficier d’une couverture santé optimale, vous aurez besoin d’une assurance complémentaire ou d’une mutuelle.

    Comment choisir entre la CMU frontalier et la LAMal frontalier ?

    C'est la question que chaque frontalier qui débute se pose. La réponse n'est pas forcément évidente car les 2 systèmes sont très différents et plusieurs critères rentrent en ligne de compte : le prix, la structure familiale, le lieu où vous avez vos habitudes de soin...

    Notre partenaire Vigny Depierre a développé un comparateur permettant de facilement comparer et faire son choix entre la CMU frontalier et la LAMal frontalier .

    Dans tous les cas, nous vous déconseillons de prendre votre décision sans avoir contacté un professionnel, car le choix entre la CMU frontalier et la LAMal frontalier est irrévocable.

    A propos de l'assurance LAMal Helsana frontalier

    Les nouveaux frontaliers qui choisiront le régime suisse LAMal d'assurance maladie ne devront pas passer à côté de l'assurance Helsana frontalier qui propose depuis plusieurs années les tarifs les moins chers pour les frontaliers, notamment français.

    A titre d'information, la prime mensuelle chez Helsana pour un frontalier est de CHF 190.- en 2023 (contre CHF 440.- chez Assura).

    Les assurances maladies complémentaires pour les frontaliers

    La couverture de la CMU étant généralement insuffisante, nous vous conseillons de souscrire une complémentaire santé (ou une mutuelle) qui viendra compléter la prise en charge de vos frais de santé.

    Par ailleurs, depuis le 1er décembre 2020, il est possible de changer son assurance complémentaire santé à tout moment, sans frais, après un an d'engagement. Il est donc intéressant de faire le point régulièrement sur vos garanties et vos besoins pour rechercher la meilleure assurance maladie complémentaire.

    Pour savoir si vous êtes éligible et pouvez changer d'assurance complémentaire, demandez conseil à notre partenaire Vigny Depierre, spécialiste de l'assurance maladie frontalier, et recevez un devis gratuit.

     

    Notre partenaire vous conseille sur votre assurance maladie frontaliers

    Vous hésitez entre CMU et LAMal ? Vous voulez être conseillé(e) par un spécialiste ? Notre partenaire, Vigny Depierre, vous donne toutes les informations pratiques, sans engagement.

    Questions les plus fréquentes concernant l’assurance maladie des frontaliers

    Retrouvez les réponses aux principales questions que vous vous posez sur l’assurance maladie des frontaliers en Suisse. Nous attirons votre attention sur le fait que lors de la fin de l'assurance maladie privée en 2014 (un régime intéressant qui n'existe plus aujourd'hui), de nombreuses rumeurs, fausses, circulent sur les forums et certains sites.

    Suis-je encore couvert par la Sécurité sociale si je deviens frontalier ?

    Non. Dès que vous travaillez en Suisse en tant que frontalier (permis G pour frontalier), vous changez de statut, et votre assurance française (régime général de la Sécurité sociale et mutuelle) ne vous couvre plus. Vous devez souscrire une assurance maladie pour, et choisir entre 2 régimes différents (LAMal ou CMU pour frontaliers).

    Par ailleurs, on lit souvent dans les forum qu'il est autorisé de prendre une assurance internationale européenne de son choix quand on est frontalier et que l'affiliation à un régime français ou suisse n'est pas obligatoire. C'est une rumeur qui est totalement fausse.

    Les risques pour un frontalier qui s'assurerait avec une telle assurance sont multiples : non prise en charge des frais par les assurances (et notamment les frais élevés, sachant qu’une hospitalisation peut par exemple coûter plusieurs dizaines de milliers d’euros ou de francs suisses), paiement à double des cotisations etc.

    Je suis frontalier en Suisse. Mon conjoint travaille en France et est salarié. Puis-je bénéficier de son assurance maladie ?

    Non, pour les mêmes raisons que celles mentionnées juste avant. Par contre, si vous travaillez en Suisse et êtes frontalier, tous les membres de votre famille devront souscrire au même régime, sauf s’ils sont déjà obligatoirement assurés (ce qui est le cas si votre conjoint est salarié en France par exemple).

    Qu’est-ce que le droit d’option ?

    Contrairement aux personnes qui vivent en Suisse, qui n’ont pas le choix et qui doivent souscrire une assurance maladie obligatoire (LAMal), les frontaliers en Suisse peuvent choisir l’un des 2 régimes d’assurance maladie frontalier (un régime français, la CMU pour frontalier, et un régime suisse, l’assurance maladie obligatoire pour frontalier, la LAMal frontalier). Les travailleurs frontaliers ont jusqu’à 3 mois après la prise de poste pour faire ce choix et le communiquer à l’autorité cantonale compétente. Si aucune option n’est communiquée, c’est l’assurance maladie obligatoire (LAMal) suisse qui est attribuée au travailleur.

    J’ai dépassé les 3 mois pour faire mon choix (droit d’option). Quelles solutions ai-je pour pouvoir malgré tout choisir ?

    Sauf cas très particulier, un travailleur frontalier dans cette situation n’a absolument aucun recours et est assuré d’office au régime d’assurance santé frontalier suisse, l’assurance maladie obligatoire (LAMal) pour frontalier. Toutefois, si vous n’avez rien reçu de la part de l’Office cantonal en charge de ce contrôle, vous avez, normalement, encore le droit de choisir (ceci étant laissé à l’appréciation de l’Office cantonal).

    La CMU, c’est une assurance pour les personnes qui n’ont pas beaucoup de moyens financiers ?

    En fait, la CMU proposée aux frontaliers (appelée CMU frontalier) et la CMU sous sa forme la plus connue en France (assurance qui permet d’assurer les personnes ayant de faibles moyens) proposent bien les mêmes couvertures (elles reprennent les couvertures du régime général de la Sécurité sociale), mais dans le cas des frontaliers, elle est intégralement à la charge des frontaliers. Pour éviter toute confusion, les autorités ont décidé de changer le nom de se régime et il ne s’appelle désormais officiellement plus « CMU », même si dans la pratique tout le monde continue de le dénommer ainsi.

    Entre CMU pour frontalier et LAMal pour frontalier, lequel est le meilleur ?

    Il n’y a pas de réponse toute faite à cette question, car elle dépend de la situation de chacun. Les 2 régimes proposent des assurances qui sont très différentes à la fois dans leur fonctionnement, dans leur coût, et dans leur couverture (géographique et médicale).

    Quel est le coût d’une assurance maladie privée ?

    Depuis juin 2014, le régime privé d’assurance maladie pour frontaliers a disparu et ne peut plus être choisi par les personnes qui prennent le statut de frontalier après cette date.

    Quel est le coût d’une assurance maladie frontalier (CMU) ?

    Calculez le montant de votre prime CMU avec notre service exclusif. Munissez-vous de votre feuille d’imposition pour connaître votre revenu net fiscal. Dans le calcul de la prime d’assurance CMU pour les frontaliers, on utilise actuellement un taux de 8%, avec une loi qui prévoit une extension possible de ce taux à 13,5%.

    La CMU ne couvre que très partiellement les divers soins que vous pourriez avoir, en France et/ou en Suisse. Une assurance complémentaire ou mutuelle est donc en général indispensable. Demandez gratuitement un devis pour une complémentaire santé frontaliers ou pour voir ce qui est le plus intéressant entre la CMU et la LAMal pour frontalier.

    Combien coûte la LAMal frontalier ?

    Le coût d’une assurance maladie obligatoire pour frontalier (LAMal) dépend de votre âge, de votre pays de résidence et de la caisse maladie suisse qui le propose. A cet égard, toutes les caisses maladie ne proposent pas d'assurance maladie pour les frontaliers.
    Depuis plusieurs années, le prix de la prime LAMal frontalier ne fait que baisser. Le tarif LAMal frontalier en 2023 est au minimum d'environ CHF 150.- par mois. Les montants exacts peuvent être consultés sur le site officiel de la Confédération.